Six conseils pour créer un club Rotaract sur votre campus

8 Déc 2018 | RotaryIntranet

Taylor Huie, étudiante en deuxième année à l’université de Duke, fut surprise à son arrivée à l’automne 2017 de constater que le Rotaract n’était pas présent sur le campus. Une absence d’autant plus étonnante que le programme, qui cible les jeunes leaders, a vu le jour à 150 km de là, dans la ville de Charlotte, et qu’il est représenté sur d’autres campus de la Caroline du Nord.

Taylor a, pour ainsi dire, grandi avec le Rotary. Petite, elle assistait déjà aux réunions du club de St Joseph & Benton Harbor, dans le Michigan, avec sa mère Jackie, membre du club mais aussi fondatrice d’un programme de mentorat et d’orientation qui a aidé des centaines d’adolescents à trouver leur voie. Taylor a également contribué au développement du club Interact de St Joseph dont l’effectif dépasse aujourd’hui les 140 membres, et a assumé le rôle de responsable de l’effectif pendant trois ans et de présidente de club pendant un an. Elle a aussi participé à deux voyages caritatifs en République dominicaine pour installer des filtres à eau.

La création du club Rotaract de Duke était donc une suite logique à son expérience. Plus de 160 étudiants ont répondu à son appel sur Facebook et le club a reçu sa charte en septembre dernier, soit un an après l’entrée de Taylor à l’université.

« Ma famille baigne dans le Rotary, alors c’est un peu comme si l’organisation faisait aussi partie de ma vie », explique Taylor. « Je ne pouvais pas imaginer que cela puisse être différent à l’université. »

L’étudiante en ingénierie biomécanique propose ses conseils aux autres étudiants qui souhaitent créer un club Rotaract sur leur campus.

1. Commencer avec les Rotary clubs

Ana Martinez, la secrétaire du club de Duke University, et Moses Makangila, le vice-président, répondent aux questions des étudiants lors de la foire aux projets organisée par l’université à l’automne dernier.
Photo : club Rotaract de Duke University
Avant d’engager les démarches pour créer le club, Taylor a passé beaucoup de temps à comprendre le fonctionnement et les arcanes de Duke et à découvrir la ville de Durham. C’est à l’une des réunions de Rotary clubs locaux qu’un membre du club de Durham s’est proposé de devenir le conseiller du futur club Rotaract.

L’étudiante insiste sur l’avantage de travailler avec les Rotary clubs de la région pour lancer son projet, démarcher l’université et assurer le succès du nouveau club : « Cette collaboration montre que vous avez effectué tout un travail en amont et que vous êtes soutenu. »

2. Recruter un comité
Les efforts de promotion de Taylor ont porté leurs fruits puisqu’elle a pu recruter une camarade pour le poste de vice-présidente ainsi que d’autres amis de confiance pour assumer les rôles de trésorier et de secrétaire.

L’étudiante confie que ces amis proches lui ont été d’un grand soutien dans cette aventure.

3. Se préparer
Pendant l’été qui s’est écoulé entre sa première et sa deuxième année à Duke, Taylor a lu le Manuel du Rotaract, les statuts types du club Rotaract et le règlement intérieur type du club Rotaract, et a demandé au comité d’en faire de même. Malgré son expérience de dirigeante de club Interact, Taylor a approfondi ses connaissances en faisant des recherches sur le site Internet du Rotary (www.rotary.org/fr).

« L’idée est d’être capable de présenter ses idées de façon convaincante. C’est important d’être capable de répondre précisément à toutes les questions qui vous sont posées. Et puis, encore une fois, cela montre qu’on est investi dans cette démarche. »

4. Utiliser les réseaux sociaux
« Facebook est très efficace pour faire connaître le Rotary », explique Taylor qui a posté son invitation sur la page de l’université réservée aux étudiants de 1ère et 2ème années. Son comité a également mis à profit Google Hangouts pour susciter l’intérêt mais aussi répondre aux questions. Selon l’étudiante, il est important de préciser clairement les objectifs et les futures activités du club, ainsi que la façon de devenir membre.

5. Optimiser son temps
À Duke, les réunions du club sont des séances de travail où les membres discutent de leurs actions et des affaires du club par petits groupes.

« Les étudiants, comme les jeunes adultes en général, veulent avoir le sentiment que le temps qu’ils consacrent à ces activités est productif. Leur volonté est d’être actifs pour aider les autres, et de s’enrichir intellectuellement », ajoute Taylor

6. Promouvoir le networking et le mentorat
Selon Taylor, il faut donner aux membres la possibilité de se faire des contacts et de trouver des mentors, deux avantages particulièrement prisés par les jeunes adultes. Le Rotaract club de Duke travaille actuellement, avec les autres clubs de la région et les Rotary clubs, sur l’organisation d’une foire aux carrières, et pourrait même lancer un programme de mentorat à l’image de celui créé par sa mère à St Joseph.

« C’est exceptionnel d’avoir à sa disposition une organisation qui relie près de 1,2 million de personnes, toutes motivées pour changer notre monde », explique Taylor.

Rotary International  par Arnold R. Grahl

Pour compléter votre information :