Messages mensuels du Président 2018-2019

Janvier 2019

L’action professionnelle, qu’il est parfois difficile de définir, répond néanmoins à une description simple : elle est le point de convergence entre notre vie de Rotarien et notre vie professionnelle, lorsque nous exprimons les idéaux du Rotary dans l’exercice de notre métier.

À mon retour aux Bahamas après plusieurs années passées à gérer des organismes de soins de santé à l’étranger, j’ai été confronté à une réalité criante : le besoin urgent d’un établissement hospitalier moderne doté des technologies de pointe. En l’absence de telles prestations, et incapable de se faire soigner à l’étranger, une partie de la population était privée des soins dont ils avaient besoin. L’expérience que j’avais acquise aux États-Unis me plaçait dans une position privilégiée pour agir et amorcer une profonde transformation de ce secteur dans mon pays.

La place du Rotary prenant une part grandissante dans ma vie, j’ai compris que les paroles de Paul Harris, qui sont cœur de nos valeurs, s’appliquaient également à ma profession : « Le pouvoir d’un effort, quand il est partagé, est sans limites. » Impossible d’impulser, seul, les réformes nécessaires à la modernisation du milieu hospitalier aux Bahamas. Mais toutes les parties impliquées – des médecins, qui deviendraient plus tard mes partenaires au sein de Doctors Hospital, au personnel médical dévoué – se sont emparées de mon objectif, qui s’est finalement matérialisé.

Le Rotary souligne régulièrement la valeur de chaque profession et de chaque vocation. Si aucun des membres fondateurs du Rotary n’était médecin ou défenseur de la paix, la diversité des professions a très vite été un atout pour le Rotary. Elle se reflète dans notre système de classifications, qui protège la représentation des secteurs d’activité et des professions au sein des clubs.

Les paroles de Paul Harris – « Chaque membre est le lien entre l’idéalisme du Rotary et sa profession » – devraient encore résonner comme une vérité aujourd’hui. Les réunions de club ne requièrent qu’une ou deux heures par semaine, le reste de notre temps étant, pour la plupart d’entre nous, largement consacré à notre activité professionnelle. Autant d’occasions d’agir, d’Être l’inspiration pour nos collègues, nos employés et nos fournisseurs, ainsi que les commuanutés que nous servons.

Décembre 2018

Il est de tradition que le premier numéro du magazine The Rotarian de l’année présente le président entrant et sa famille. J’ai toujours lu ces portraits avec intérêt, sans jamais vraiment imaginer que j’aurais moi-même un jour à inviter un journaliste du magazine à une réunion de mon club. Je n’ai jamais aimé être le centre d’attention et l’idée d’avoir ma photo en couverture ne me mettait pas à l’aise. Mais lorsque j’ai vu la photo choisie par la rédaction, j’ai souri. La star de cette photo ce n’est pas moi, ni même mon épouse Esther ; ce sont les flamands roses, qui n’en ont rien à faire du Rotary et qui vont tous en se pavanant dans la même direction. Tous, sauf un.

Il n’y a pas de meilleure image que celle-ci pour illustrer le message que je souhaite communiquer aux Rotariens. Ce flamand rose qui va dans la direction opposée représente ce que nous devons faire davantage au Rotary. Il voit tout le monde partir dans une direction, mais il voit aussi que ce n’est pas forcément la bonne. Peut-être qu’il existe une meilleure voie de l’autre côté et il veut s’en assurer avant de suivre ses congénères. Et s’il s’avère que cette nouvelle voie est meilleure, il appellera les autres pour qu’ils viennent aussi jeter un œil. Peut-être qu’ils choisiront alors cette nouvelle direction tous ensemble.

C’est difficile de changer. Plus nous sommes habitués à faire les choses d’une certaine façon, plus nous avons d’amis à nos côtés, plus il est difficile de faire les choses différemment. Mais le changement – pas le changement en soi, mais un changement prudent, réfléchi et basé sur des objectifs – est essentiel pour toute organisation qui souhaite évoluer, rester pertinente et aller dans la bonne direction.

Lorsque vous regardez cette image, ne me regardez pas moi. Cette couverture n’est pas à propos de moi. Cette couverture est à propos de ce flamand rose. Il s’agit de montrer la curiosité, le courage et la conviction de regarder des chemins pouvant s’avérer meilleurs – que vous soyez en ballade aux Bahamas ou que vous aidiez à montrer la voie pour notre organisation.

Novembre 2018

Il y a plus de 30 ans, je devais me rendre à Las Vegas pour mon travail. J’étais Rotarien depuis environ six ans et je pensais être un membre actif : j’assistais à toutes les réunions, j’avais été secrétaire de mon club et j’y connaissais tous les membres. Mais pour moi, le Rotary était plutôt une organisation communautaire. Elle me connectait à Nassau, voire au reste des Bahamas, mais pas plus loin.

Je n’avais jamais véritablement pensé au Rotary au-delà des Bahamas et cela ne m’avait jamais traversé l’esprit de me rendre à la convention annuelle. Mais, en ce mois de juin, il y a une trentaine d’années, j’ai réalisé que ce voyage à Las Vegas coïncidait avec la convention. Pourquoi ne pas y aller ? J’ai envoyé mon inscription sans jamais imaginer que cette expérience allait changer ma vie.

Lorsque j’ai passé les portes de cette convention, j’ai été stupéfait. C’est une chose de savoir que l’on appartient à une organisation internationale de plus d’un million de membres, mais c’est différent de se retrouver au milieu de tout cela. J’ai assisté à toutes les séances plénières, j’ai visité tous les stands de la Maison de l’amitié et j’ai découvert des actions que je n’imaginais pas possible de réaliser au Rotary. Cette convention ne m’a pas seulement ouvert les yeux, elle m’a ouvert l’esprit. Elle m’a inspiré à complètement changer ma vision du Rotary, de ce qu’il pouvait faire pour moi et de ce que je pouvais accomplir grâce à lui. Cette inspiration ne m’a plus jamais quittée et elle se renouvelle tous les ans lors de chaque convention du Rotary.

En juin 2019, les Rotariens du monde entier se retrouveront à Hambourg pour saisir l’instant à la 110e convention du Rotary International. Un grand nombre, comme moi, se rendent aux conventions depuis des années, mais bien d’autres s’y rendront pour la première fois. Qu’il s’agisse de retrouver des amis de longue date, de trouver l’inspiration pour l’année à venir ou simplement de découvrir ce qu’est le Rotary, tous vivront un instant formidable à Hambourg.

Hambourg est une ville portuaire qui connecte l’Allemagne au monde, et elle est un centre économique et culturel depuis des siècles. C’est un endroit merveilleux à visiter, qu’il s’agisse de se balader sur les rives du lac, de suivre le cours de l’Elbe en bateau, de dîner en musique ou d’explorer des musées fascinants. C’est l’endroit idéal pour le début de vacances en Europe.

Si vous êtes un vétéran des conventions, vous ne voudrez pas rater la camaraderie et l’inspiration que vous retrouverez à Hambourg. Si vous n’êtes jamais venu à une convention, considérez ceci comme une invitation personnelle. Inscrivez-vous sur riconvention.org/fr avant le 15 décembre pour profiter du meilleur tarif et laissez cette convention être l’inspiration de votre aventure rotarienne.

Octobre 2018

Chaque jeudi matin, je reçois un e-mail de l’Organisation mondiale de la Santé faisant le point sur l’éradication de la polio. Il contient une mine d’informations sur chaque pays : où et comment sont menées les campagnes de vaccination, combien de millions d’enfants sont vaccinés, ainsi que les lieux où la surveillance de l’environnement a permis de détecter la présence du virus. Mais chaque semaine, lorsque cet e-mail apparaît dans ma boîte de réception, mon cœur semble s’arrêter un instant jusqu’à ce que je lise les premières lignes – et que je sache si un enfant a été ou non paralysé par le poliovirus sauvage durant la semaine.

Voilà, mes amis, où nous en sommes aujourd’hui, quant à notre travail d’éradication de cette maladie. La question que je me pose en ouvrant ce message n’est pas de savoir combien de milliers de cas sont susceptibles d’être détectés dans l’année, comme cela se passait il n’y a pas si longtemps encore, ou combien de centaines. Au lieu de cela, chaque jeudi, l’e-mail de l’OMS ne répond qu’à une question binaire: un nouveau cas a-t-il ou non été détecté dans la semaine?

Il y a trente ans, 1 000 enfants se trouvaient paralysés par la polio chaque jour. Depuis, nous avons pu mesurer nos progrès, année après année, semaine après semaine. Nous nous sommes hautement réjouis de voir un pays après l’autre, une région après l’autre certifiés exempts de polio. Tandis que nous nous approchons du but, et que le nombre de cas ne cesse de diminuer, les enfants que ces chiffres reflètent sont de moins en moins une abstraction. Lorsque j’ouvre ce courriel du jeudi, je ne me demande pas quel chiffre j’y trouverai. Je me demande si un enfant a été paralysé ou non durant la semaine.

Nous sommes très proches de l’éradication – mais il reste beaucoup à faire.

Ce mois-ci, je demande à chaque club d’apporter sa contribution à En finir avec la polio en célébrant la Journée mondiale contre la polio, le 24 octobre. L’année dernière, des milliers de clubs ont organisé, dans le monde entier, des manifestations visant à sensibiliser le public et à collecter des fonds en faveur de l’éradication. Cette année, nous souhaitons que la Journée mondiale contre la polio soit marquée par plus d’événements que jamais. Si vous en organisez-un, inscrivez-vous et faites-en la promotion sur endpolio.org, afin qu’un public plus large puisse y participer. Si vous n’avez encore rien planifié, il n’est pas trop tard : rendez-vous sur endpolio.org pour trouver des idées, des informations sur le livestream de cette année et des ressources pour aider votre club à organiser une manifestation réussie.

La Journée mondiale contre la polio est une opportunité extraordinaire pour les clubs de promouvoir le Rotary dans leurs villes, ainsi que notre effort historique d’éradication de la maladie. C’est aussi une excellente occasion de tirer parti du Défi de la Fondation Bill & Melinda Gates : pour chaque dollar collecté en faveur de l’éradication de la polio, la Fondation Gates en donnera deux. Joignez-vous à moi et aux Rotariens du monde entier, le 24 octobre, pour célébrer la Journée mondiale contre la polio – et Soyez l’inspiration, afin que le monde en soit délivré.

Septembre 2018

Imaginez que nous puissions saisir un instantané de l’ensemble du travail réalisé par le Rotary en une journée. Personne, à l’exception de nos membres, ne croirait une seule organisation capable d’autant d’accomplissements. Cette image montrerait des volontaires qui luttent pour éradiquer la polio, qui organisent des programmes de micro-prêts, qui montent des installations sanitaires et d’assainissement ou qui soutiennent des jeunes dans leurs projets.

Cet impact nous le devons à notre présence à travers le monde et à l’engagement de nos membres sur le terrain. Votre connaissance des besoins locaux et vos contacts vous placent dans une position idéale pour agir avec efficacité et pertinence. D’où l’importance d’un effectif représentatif de la diversité locale.

Dans ce domaine, nous avons parcouru un long chemin. En Égypte, en Indonésie et au Kenya, le pourcentage des femmes au Rotary approche les 50 pour cent. Nous étendons également la fourchette d’âge de nos membres. Dans chaque commune, de jeunes professionnels sont avides de mettre leurs talents à contribution et d’élargir leurs connaissances au contact de mentors tels que vous. Partageons avec eux l’essence du Rotary. La rubrique Impliquer les jeunes professionnels, sur le site rotary.org, propose un plan qui vous aidera à recruter de jeunes leaders et d’anciens participants à nos programmes.

Le Rotaract, par son internationalité et ses valeurs communes aux nôtres, peut nous aider à mieux refléter nos communes. Ses quelque 250 000 membres sont autant de partenaires avec lesquels vous pouvez monter des actions ou que vous inviterez à intervenir dans vos programmes, voire à rejoindre votre club. Car les Rotaractiens deviennent membres du Rotary en nombres grandissants et créent même des clubs tout en conservant leur statut au Rotaract.

Le monde a besoin du Rotary et le Rotary a besoin de clubs forts et de membres engagés pour faire le bien dans le monde. Il en est de notre responsabilité – la vôtre et la mienne – de s’assurer que toute personne s’intéressant à notre organisation y est invitée. À cet effet, l’outil Gestion des prospects sur rotary.org vous sera utile, car il permet à ceux et celles qui s’intéressent au Rotary d’être mis en relation avec un club qui correspond à leurs attentes. Mais fidéliser nos membres est tout aussi critique que le recrutement. Des clubs solides et dynamiques, qui montent des actions intéressantes sont synonymes de valeur pour leurs membres qui auront à cœur de s’y investir et d’y rester.

Ne gardons pas l’histoire du Rotary – celle saisie dans ces instantanés – pour nous seuls. Je vous demande d’inviter des leaders, hommes et femmes, de tous âges qui souhaitent agir pour améliorer la qualité de vie dans leur commune. Ce faisant, vous y Serez l’inspiration et contribuerez à ce que le Rotary continue à faire le bien dans le monde.

Août 2018

Comme le dit un dicton célèbre, « Si vous voulez changer le monde, rentrez chez vous et aimez votre famille ». Cela ne signifie pas que l’on devrait ignorer ce qui se passe à l’extérieur de nos foyers, mais plutôt d’y prêter d’abord attention.

Il peut être tentant, lorsque notre priorité est le service, de se concentrer uniquement sur ce qui a trait au service : les actions, la planification et le travail qui apportent un bénéfice visible à ceux qui en ont besoin. Mais pour que cette mission soit efficace, nous devons respecter notre propre foyer. Au Rotary, cela signifie que nous devons nous conduire conformément aux principes de notre organisation, traiter les autres avec respect, selon le Critère des quatre questions. Cela signifie que nous devons optimiser notre impact en planifiant nos ressources avec soin et en les gérant judicieusement. Et que nous devons nous préoccuper de la santé de notre organisation à long terme, en s’assurant que notre effectif soit solide, impliqué et dynamique.

Notre effectif a oscillé autour de 1,2 million de membres durant 20 ans. Il ne s’accroît pas, et prend de l’âge. Un trop grand nombre de clubs n’a pas les connaissances ou la motivation suffisantes pour avoir un impact. Ces clubs ignorent ce que nous accomplissons à l’échelle mondiale, ne connaissent pas nos programmes ou notre Fondation, ni ne savent comment s’impliquer. Et notre effectif étant encore principalement masculin, il est clair que nous ne faisons pas suffisamment d’efforts pour que notre organisation soit privilégiée par les femmes qui souhaitent servir.

Nous sommes, avant tout, une organisation dont les membres représentent un de ses piliers essentiels. Si nous voulons atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, nous devons privilégier l’adhésion. Nous avons tous la responsabilité de prendre cette question au sérieux, non seulement en invitant des membres potentiels, mais aussi en nous assurant que les nouveaux membres soient bien accueillis dans les clubs leur offrant quelque chose qui compte à leurs yeux. Si vous voyez quelqu’un entrer dans une réunion en hésitant, veillez à ce qu’il trouve un siège où s’asseoir et prenne part à la conversation. Si vous vous intéressez à un programme du Rotary, faites en sorte que le club le connaisse et sache comment s’y impliquer. Si vous estimez que votre communauté a besoin d’être aidée, parlez-en également. Si nous voulons faire partie d’une organisation solide, active, et qui a un impact – commencez par agir à la maison et Soyez l’inspiration du Rotary.

Je souhaite que le Rotary inspire nos communautés par l’impact transformationnel de son travail. Il est temps d’aller de l’avant, en éliminant ce qui nous fait obstacle. Facilitons l’adaptation de nos clubs, ou créons-en de nouveaux, répondant à des besoins différents. Travaillons à renforcer le Rotaract et à rendre plus aisée la transition du Rotaract vers le Rotary. Donnons à tous les Rotariens la possibilité de servir de la manière qui leur convient le mieux, afin que chacun de nous apprécie constamment, à sa juste valeur, le fait d’être membre.

Un service vraiment durable, le type de service auquel le Rotary aspire, signifie que nous considérions chacune de nos actions comme partie intégrante de l’écologie mondiale. Cette année, je vous demande à tous d’être sources d’inspiration pour un service durable, en considérant l’impact des problèmes environnementaux sur notre travail. L’environnement joue un rôle clé dans chacun de nos six axes stratégiques, et ce rôle ne fait que s’accroître avec l’impact du changement climatique. Il est temps de cesser de considérer l’environnement comme étant distinct, en quelque sorte, de nos six axes stratégiques. Il est essentiel que l’air, l’eau et la terre soient salubres, pour la santé des communautés et celle du monde meilleur auquel nous aspirons.

Soyons l’inspiration, et ensemble nous pourrons – et nous allons – inspirer le monde.

Juillet 2018

Il y a un an, le conseil d’administration du Rotary International a adopté une nouvelle vision, reflétant nos aspirations pour notre organisation et son avenir. Il énonce la chose suivante : « Ensemble, nous voyons un monde où les gens se rassemblent et passent à l’action pour apporter un changement durable – dans le monde, dans leur communauté et en eux-mêmes. »

Cette simple phrase en dit très long sur l’essence même du Rotary. Nous nous rassemblons, car nous savons que nous sommes beaucoup plus forts ensemble que nous ne pourrions jamais l’être seuls. Nous prenons des initiatives, car nous ne sommes pas des rêveurs, mais nous faisons place à l’action. Nous travaillons à créer un changement durable, dont les effets se feront sentir bien après notre intervention, dans le monde et dans nos communautés. Et ce qui est peut-être le plus important, c’est que nous cherchons à induire un changement en nous-mêmes : nous ne travaillons pas seulement à construire un monde meilleur, mais à devenir nous-mêmes meilleurs.

L’écrivain français Antoine de Saint-Exupéry aurait dit ces mots : « Si vous voulez construire un bateau, ne commencez pas par amasser du bois, couper des planches et assigner des tâches. Commencez par éveiller dans les âmes de vos ouvriers un désir de la mer vaste et illimitée. » Chacun de nous est venu au Rotary parce que nous avions le désir d’avoir un impact et de participer à quelque chose de plus grand que nous-mêmes. Ce désir, cette vision d’un monde meilleur et de notre rôle dans la construction de ce monde est ce qui nous motive. C’est ce qui nous a fait devenir membres, c’est ce qui nous détermine à servir, et c’est ce qui m’a conduit à choisir notre thème pour cette année rotarienne : Soyons l’inspiration.

Je souhaite que le Rotary inspire nos communautés par l’impact transformationnel de son travail. Il est temps d’aller de l’avant, en éliminant ce qui nous fait obstacle. Facilitons l’adaptation de nos clubs, ou créons-en de nouveaux, répondant à des besoins différents. Travaillons à renforcer le Rotaract et à rendre plus aisée la transition du Rotaract vers le Rotary. Donnons à tous les Rotariens la possibilité de servir de la manière qui leur convient le mieux, afin que chacun de nous apprécie constamment, à sa juste valeur, le fait d’être membre.

Un service vraiment durable, le type de service auquel le Rotary aspire, signifie que nous considérions chacune de nos actions comme partie intégrante de l’écologie mondiale. Cette année, je vous demande à tous d’être sources d’inspiration pour un service durable, en considérant l’impact des problèmes environnementaux sur notre travail. L’environnement joue un rôle clé dans chacun de nos six axes stratégiques, et ce rôle ne fait que s’accroître avec l’impact du changement climatique. Il est temps de cesser de considérer l’environnement comme étant distinct, en quelque sorte, de nos six axes stratégiques. Il est essentiel que l’air, l’eau et la terre soient salubres, pour la santé des communautés et celle du monde meilleur auquel nous aspirons.

Soyons l’inspiration, et ensemble nous pourrons – et nous allons – inspirer le monde.

Six conseils pour créer un club Rotaract sur votre campus

Taylor Huie, étudiante en deuxième année à l’université de Duke, fut surprise à son arrivée à l’automne 2017 de constater que le Rotaract n’était pas présent sur le campus. Une absence d’autant plus étonnante que le programme, qui cible les jeunes leaders, a vu le jour à 150 km de là, dans la ville de Charlotte, et qu’il est représenté sur d’autres campus de la Caroline du Nord.

Taylor a, pour ainsi dire, grandi avec le Rotary. Petite, elle assistait déjà aux réunions du club de St Joseph & Benton Harbor, dans le Michigan, avec sa mère Jackie, membre du club mais aussi fondatrice d’un programme de mentorat et d’orientation qui a aidé des centaines d’adolescents à trouver leur voie. Taylor a également contribué au développement du club Interact de St Joseph dont l’effectif dépasse aujourd’hui les 140 membres, et a assumé le rôle de responsable de l’effectif pendant trois ans et de présidente de club pendant un an. Elle a aussi participé à deux voyages caritatifs en République dominicaine pour installer des filtres à eau.

La création du club Rotaract de Duke était donc une suite logique à son expérience. Plus de 160 étudiants ont répondu à son appel sur Facebook et le club a reçu sa charte en septembre dernier, soit un an après l’entrée de Taylor à l’université.

« Ma famille baigne dans le Rotary, alors c’est un peu comme si l’organisation faisait aussi partie de ma vie », explique Taylor. « Je ne pouvais pas imaginer que cela puisse être différent à l’université. »

L’étudiante en ingénierie biomécanique propose ses conseils aux autres étudiants qui souhaitent créer un club Rotaract sur leur campus.

1. Commencer avec les Rotary clubs

Ana Martinez, la secrétaire du club de Duke University, et Moses Makangila, le vice-président, répondent aux questions des étudiants lors de la foire aux projets organisée par l’université à l’automne dernier.
Photo : club Rotaract de Duke University
Avant d’engager les démarches pour créer le club, Taylor a passé beaucoup de temps à comprendre le fonctionnement et les arcanes de Duke et à découvrir la ville de Durham. C’est à l’une des réunions de Rotary clubs locaux qu’un membre du club de Durham s’est proposé de devenir le conseiller du futur club Rotaract.

L’étudiante insiste sur l’avantage de travailler avec les Rotary clubs de la région pour lancer son projet, démarcher l’université et assurer le succès du nouveau club : « Cette collaboration montre que vous avez effectué tout un travail en amont et que vous êtes soutenu. »

2. Recruter un comité
Les efforts de promotion de Taylor ont porté leurs fruits puisqu’elle a pu recruter une camarade pour le poste de vice-présidente ainsi que d’autres amis de confiance pour assumer les rôles de trésorier et de secrétaire.

L’étudiante confie que ces amis proches lui ont été d’un grand soutien dans cette aventure.

3. Se préparer
Pendant l’été qui s’est écoulé entre sa première et sa deuxième année à Duke, Taylor a lu le Manuel du Rotaract, les statuts types du club Rotaract et le règlement intérieur type du club Rotaract, et a demandé au comité d’en faire de même. Malgré son expérience de dirigeante de club Interact, Taylor a approfondi ses connaissances en faisant des recherches sur le site Internet du Rotary (www.rotary.org/fr).

« L’idée est d’être capable de présenter ses idées de façon convaincante. C’est important d’être capable de répondre précisément à toutes les questions qui vous sont posées. Et puis, encore une fois, cela montre qu’on est investi dans cette démarche. »

4. Utiliser les réseaux sociaux
« Facebook est très efficace pour faire connaître le Rotary », explique Taylor qui a posté son invitation sur la page de l’université réservée aux étudiants de 1ère et 2ème années. Son comité a également mis à profit Google Hangouts pour susciter l’intérêt mais aussi répondre aux questions. Selon l’étudiante, il est important de préciser clairement les objectifs et les futures activités du club, ainsi que la façon de devenir membre.

5. Optimiser son temps
À Duke, les réunions du club sont des séances de travail où les membres discutent de leurs actions et des affaires du club par petits groupes.

« Les étudiants, comme les jeunes adultes en général, veulent avoir le sentiment que le temps qu’ils consacrent à ces activités est productif. Leur volonté est d’être actifs pour aider les autres, et de s’enrichir intellectuellement », ajoute Taylor

6. Promouvoir le networking et le mentorat
Selon Taylor, il faut donner aux membres la possibilité de se faire des contacts et de trouver des mentors, deux avantages particulièrement prisés par les jeunes adultes. Le Rotaract club de Duke travaille actuellement, avec les autres clubs de la région et les Rotary clubs, sur l’organisation d’une foire aux carrières, et pourrait même lancer un programme de mentorat à l’image de celui créé par sa mère à St Joseph.

« C’est exceptionnel d’avoir à sa disposition une organisation qui relie près de 1,2 million de personnes, toutes motivées pour changer notre monde », explique Taylor.

Rotary International  par Arnold R. Grahl

Nominez une action pour un prix Rotaract

Nominez la meilleure action locale ou internationale de votre club Rotaract ou de votre district au prix de la meilleure action Rotaract 2018/2019. Ce prix récompense les clubs Rotaract dont les actions contribuent à améliorer les conditions de vie dans le monde.

Pour nominer une action, vous devez :

  • sélectionner une action et souligner son impact, son caractère novateur et pérenne
  • inclure des visuels en rassemblant des photos, des publications dans vos réseaux sociaux, des exemples de sa couverture médiatique ou des vidéos montrant des Rotaractiens en action
  • remplir le formulaire de nomination d’ici le 1er février.

En savoir plus sur le prix et consulter la liste des clubs lauréats de l’année dernière.

Le Rotaract est un programme du Rotary pour les jeunes de18 à 30 ans. Pour toute question, contactez-nous à rotaract@rotary.org.

29-Aug-2018

Inscrivez-vous à l’université de la paix du Rotary

Le Rotary et l’Institut pour l’économie et la paix ont créé une formation gratuite et individuelle pour les Rotariens, leur permettant d’apprendre comment bâtir une paix durable dans leurs communautés. L’université de la paix du Rotary utilise les huit piliers internationaux de la paix positive pour expliquer :

  • comment la paix est mesurée
  • la différence entre la paix positive et la paix négative
  • comment la paix positive peut améliorer votre foyer, club, ville et pays
  • comment y intégrer le travail du Rotary en faveur de la paix et de la résolution des conflits grâce au concept de la paix positive

L’université s’adresse aux membres qui souhaitent en savoir plus sur la paix et qui veulent passer à l’action pour répondre aux défis mondiaux les plus pressants. Inscrivez-vous ! c’est gratuit.

L’Institut pour l’économie et la paix est un des groupes de réflexion les plus influents dans le monde et il est spécialisé dans la mesure de la paix.

En savoir plus sur le partenariat entre le Rotary et l’université de la paix, et sur les opportunités qu’il créé pour que nous puissions, ensemble, faire triompher la paix.

27-Aug-2018