Le gouverneur 2017-2018 :   Jean-Paul NOUHAUD

  • dernière mise à jour le 23 Avr 2018 à 09:05

L'Agenda

Nos réseaux sociaux

Le thème de l'année 2017-2018

Localiser les clubs du D1690 >>

End Of Polio

Nouvelles Rotary 2017-2018

Nulle part où aller

2018 NullePartOuAllerLes milliers de réfugiés affluant à Berlin ont mis le système de santé à rude épreuve. La Rotarienne et médecin Pia Skarabis-Querfeld a passé les trois dernières années à constituer un réseau de praticiens bénévoles pour aider les personnes en difficulté.

Aux informations du soir, à Berlin où elle vit, Pia Skarabis-Querfeld a vu l'arrivée de réfugiés qui avaient fui la guerre, la persécution et la pauvreté régnant dans leurs pays d'origine.

2018 NullePartOuAllerDésireuse de leur venir en aide, elle a rassemblé des vêtements dans un sac, et s'est rendu dans un gymnase tout proche pour en faire don aux réfugiés qui s'y massaient.

Ce simple acte de charité deviendrait, par la suite, un projet bénévole de grande ampleur : au cours des trois années suivantes, Pia Skarabis-Querfeld mettrait en place et dirigerait un réseau qui, en période d'affluence, comprendrait une centaine de bénévoles aidant des milliers de réfugiés dans des centres communautaires de la ville, des campements et autres abris.

Aujourd'hui, son association, Medizin Hilft (Le médecine aide), continue de soigner des patients qui n'ont nulle part où aller.

Lorsqu'elle s'est rendue au gymnase, en 2014, quelques jours avant Noël, Pia Skarabis-Querfeld était en plein travail. Elle préparait aussi les Fêtes, pause bien méritée qu'elle attendait avec impatience. Et c'était dans l'esprit de Noël qu'elle offrait ces vêtements aux réfugiés.

Dans cette salle où Pia Skarabis-Querfeld venait apporter son don, la plupart des enfants malades manquaient de soins, faute de lits disponibles dans les hôpitaux de la région. Pour des questions de légalité, les auxiliaires n'étaient pas autorisés à administrer des analgésiques, ou à donner du sirop contre la toux. Ils ne pouvaient qu'envoyer aux urgences ceux qui semblaient extrêmement atteints.

Au vu de cela, et sachant quels périls les réfugiés avaient traversés, aussi bien sur terre que sur mer, Pia Skarabis-Querfeld, médecin et rotarienne, est revenue l'après-midi même avec du matériel médical, en compagnie de son mari, Uwe Querfeld, rotarien et professeur de pédiatrie.

Le couple à passé presque tout le temps des Fêtes à soigner les patients du gymnase.

« La souffrance de ces gens, leur destin difficile me préoccupaient sans cesse », dit Pia Skarabis-Querfeld.

« L'on n'oublie pas »

En 2015, le ministère allemand chargé des réfugiés a reçu plus d'un million de demandes d'asile, mettant à rude épreuve le système de santé publique.

L'Allemagne avait été une destination privilégiée pour la vague d'immigrants en provenance de Syrie et autres pays en guerre, en raison, pour une part, de l'attitude favorable de la chancelière Angela Merkel. Contrairement aux dirigeants d'autres pays d'Europe, Mme Merkel avait déclaré que l'Allemagne se devait d'aider ceux qui fuyaient l'adversité, et avait appelé les citoyens à leur faire bon accueil.

En 2017, les vents politiques ont tourné. De nombreux Allemands étaient devenus indifférents aux immigrants, ou sceptiques à leur sujet. L'équilibre du pouvoir au sein du parlement allemand a changé au cours des élections de septembre, et le pays continue de se débattre avec la logistique et le coût de l'aide aux réfugiés et à leurs familles.

Tandis que l'on traitait de politique au célèbre Reichstag, au cœur de Berlin, Pia Skarabis-Querfeld et d'autres volontaires prenaient en charge des patients, à quelques kilomètres de là.

« Je me suis occupée d'une petite fille dont toute la famille avait presque été battue à mort parce qu'ils étaient chrétiens », rapporte Pia Skarabis-Querfeld, membre du Rotary club de Berlin-Tiergarten. « La petite fille est devenue épileptique après le coma qu'ont entraîné les coups. Pareilles cicatrices et brûlures, je n'avais pas l'habitude d'en voir. »

Pia Skarabis-Querfeld a également soigné une petite fille syrienne, Saida, pour une fièvre et une bronchite. A la fin de l'examen, elle a remarqué que Saida boitait et, la persuadant d'ôter ses chaussures, elle a constaté une infection de ses deux pieds.

« De nombreux enfants portaient des chaussures étroites. Certains avaient, probablement commencé à marcher dans ces chaussures, et n'en avaient pas changé depuis un an », explique Skarabis-Querfeld.

« La plante des deux pieds était infectée. Ce sont des choses que l'on n'oublie pas. »

Après qu'elle a reçu un traitement antibiotique, Saida, la petite fille issue d'un pays déchiré par la guerre, a voulu faire en sorte d'aider le médecin, à la clinique. Une demi-heure avant l'arrivée de celle-ci, elle était à sa porte, et trouvait un grand plaisir à exécuter de petites tâches, telles que faire des photocopies.

« Son plus grand désir était de devenir médecin, explique Pia Skarabis-Querfeld. Je lui ai dit: "Tu es une fille intelligente. Tu peux y arriver." »

Des besoins considérables

En quelques semaines, des volontaires de toutes disciplines s'étaient joints à Pia Skarabis-Querfeld qui dispensait des soins dans des cliniques de fortune, afin d'offrir leur aide aux dizaines de milliers de réfugiés affluant à Berlin.

En 2015, au plus fort de cet afflux de réfugiés, Medizin Hilft comptait plus de 100 bénévoles et recevait par courriel, chaque jour, des dizaines d'offres d'aide. Non seulement cette association non lucrative a administré des soins d'urgence, mais elle a également mené des campagnes de vaccination et aidé les immigrants dans leur parcours de soin.

« Nombre de nos bénévoles se sont sentis tenus d'aider, parce que nous avons tant de chance, ici, de vivre dans une démocratie où l'on a accès aux soins de santé. Ils ont senti que c'était leur devoir humanitaire », explique Pia Skarabis-Querfeld.

« Il est devenu clair que nous aurions besoin de structures organisationnelles entièrement nouvelles ... pour faire face à cette situation entièrement nouvelle. »

Le Rotary club de Berlin-Nord ne tarda pas à apporter son soutien à l'association de Pia Skarabis-Querfeld. Les médias nationaux ont porté attention à ses efforts. Elle a estimé qu'elle faisait du bénévolat 20 heures par semaine, en plus de son travail habituel. D'autres clubs, notamment celui de Berlin-Tiergarten, ont contribué à son initiative.

« Il m'est arrivé de me dire : "Je vais tout abandonner, pour avoir de nouveau une vie." Mais alors, mon sens des responsabilités reprenait le dessus, pour mener à bien ce projet qui s'est tellement développé, et que nous avons développé en commun. »

Soigner d'abord

Un flot continu de patients est traité à open.med, une clinique financée par Medizin Hilft dans le quartier de Zehlendorf, au sud-ouest de Berlin.

Un jour de septembre, une réfugiée ghanéenne, Anita, s'est rendue à la clinique, celle-ci consistant en quelques pièces louées dans un sous-sol éclairé par la lumière du jour. Anita souffrait de douleurs et saignements dans l'utérus, et ne pouvait consulter qu'à la clinique.

Anita vit clandestinement à Berlin: elle n'est pas enregistrée ni assurée, et n'est pas en mesure de payer pour des soins médicaux de base. Il est peu probable qu'elle puisse rester légalement en Allemagne, le Ghana ne figurant pas sur la liste gouvernementale des pays extrêmement dangereux.

Selon Dorothea Herlemann, coordinatrice du projet open.med, Anita fait partie des quelque 15 pour cent de patients non enregistrés ou sans domicile.

De nombreux patients sont des réfugiés vivant dans des foyers temporaires, et qui ont de graves problèmes médicaux. Ils ne se sont pas encore familiarisés avec le système de santé allemand, n'ont pas de soutien linguistique, ou ne peuvent obtenir un rendez-vous.

Certains ont temporairement perdu l'accès aux soins, le plus souvent pour des raisons de bureaucratie.

« Pour nous, il n'est pas important qu'un réfugié soit enregistré ou non. Ces gens ont besoin d'aide et nous les aidons. Nous menons également des campagnes d'information dans leurs langues pour aider les réfugiés à apprendre à utiliser le système de santé existant. Nous n'essayons pas de mettre en place un système médical parallèle, ici », explique Dorothea Herlemann, subventionnée par le Rotary dans ses fonctions.

Un logement temporaire

Medizin Hilft travaille en partenariat avec Médecins du Monde et d'autres organisations dans des villages préfabriqués où vivent les réfugiés.

Dans un de ces villages d'Ostpreussendamm, dans le sud-ouest de Berlin, les médecins de Medizin Hilft accueillent des patients une fois par semaine. Parallèlement, d'autres bénévoles fournissent un soutien plus général, aidant les résidents à gérer les formalités et à se construire une vie.

Les 280 résidents du village d'Ostpreussendamm viennent de Syrie, d'Afghanistan, d'Iran, d'Irak, d'Erythrée, de Somalie, du Cameroun, de Russie et du Togo. Nombre d'entre eux, notamment les enfants, restent traumatisés par ce qu'ils ont vécu avant de s'enfuir pour l'Allemagne.

Khalat Saleh, 26 ans, originaire de la région irakienne du Kurdistan, se déplace en fauteuil roulant. Vêtu d'un sweat-shirt noir où l'on peut lire «Briser les règles», Saleh, qui vient d'assister à un cours d'allemand donné par des bénévoles, sourit amicalement.

Ayant obtenu l'asile politique, il explique, dans un allemand approximatif, sa lutte quotidienne pour se laver et manger de manière autonome. Saleh a été soigné à plusieurs reprises par des médecins de Medizin Hilft, et des bénévoles lui fournissent l'assistance dont il a besoin. Il espère pouvoir, finalement, travailler dans l'informatique.

Karmen Ishaque est une Irakienne de 31 ans qui a fui les persécutions religieuses, et a été autorisée à rester en Allemagne pendant trois ans. Elle a été traitée par le Dr Barbara Grube de la clinique open.med pour un problème d'hypertension et de prédiabète.

Elle a vécu dans un campement à Zehlendorf durant quelques mois seulement, avant d'avoir son propre logement. Ce fut un grand pas pour elle, reconnue officiellement comme réfugiée.

Arrivée en Allemagne au début de 2015, elle pourrait, dit-elle, faire sa vie ici. Elle prévoit de suivre une formation pour travailler comme enseignante de maternelle. « J'aimerais me marier, avoir des enfants, avoir un emploi », dit-elle.

Envisager l'avenir

Tous ceux qui cherchent refuge ou espèrent trouver une nouvelle vie en Allemagne ne règlent pas leurs affaires aussi vite que Karmen Ishaque, si tant est qu'ils aient une réelle chance d'intégration. Nombre d'entre eux sont expulsés ou invités à quitter volontairement le territoire.

Pour Medizin Hilft, les temps ont également changé.

« Il est beaucoup plus difficile d'attirer des bénévoles, à présent. D'une part, l'atmosphère politique a changé, et d'autre part, les informations à propos des réfugiés ne sont plus à l'avant-plan », déclare le Dr. Laura Hatzler, qui contribue à diriger la clinique open.med.

Pour Laura Hatzler, qui a connu les premiers jours du réseau en assistant Pia Skarabis-Querfeld au gymnase, le travail de Medizin Hilft n'est pas terminé, même si le soutien et l'intérêt ont diminué. Ce qui la fait aller de l'avant, c'est la joie d'agir pour quelque chose en quoi elle croit.

« Si vous avez vraiment un projet en tête, que vous voulez vraiment le réaliser, et que vous vous mettez en relation avec des gens qui ont la même idée, ou des idées similaires, vous pouvez vraiment faire bouger les choses », dit-elle.

« Ici, nous avons créé quelque chose de très grand et de très beau. Et d'indispensable. »

Une subvention mondiale du Rotary de 160 000 dollars permettra à Medizin Hilft de gérer la clinique open.med et les campagnes d'information jusqu'en mars 2018.

Songeant aux hauts et aux bas des trois dernières années, Pia Skarabis-Querfeld s'inquiète du financement dans l'avenir. Elle se montre, également, préoccupée par la tâche colossale de l'Allemagne d'intégrer des centaines de milliers d'immigrants dans la société et l'économie.

« Si vous me demandez où nous en serons dans 10 ans, je l'ignore autant que semblent l'ignorer nos politiciens. Personne ne peut nous donner de réponse, dit-elle. Mais je pense toujours à Saida, cette petite fille syrienne exceptionnelle qui veut devenir médecin, et je me demande à quoi ressemblera son avenir. »


article du Rotary International

Par Rhea Wessel Produit par Andrew Chudzinski

(Rhea Wessel est une rédactrice indépendante américaine basée à Francfort, en Allemagne)

Citation rotarienne

Obtenir l'excellence requiert plus qu'un acte isolé. Rajendra Saboo, président 1991-1992 du R.I.

Responsable de la publication : Maurice RAISON, RC La Rochelle Aunis  /  Copyright � 2015. All Rights Reserved.